Information

Samouraï

Samouraï

Les samouraïs sont une classe militaro-féodale de petits nobles japonais. Il fut un temps où ce domaine, dirigé par son shogun, dirigeait en fait le pays.

Au fil du temps, les guerres féodales ont cessé de secouer le Japon, la plupart des samouraïs ont changé d'occupation. Samurai a été officiellement aboli en 1867. La connaissance des samouraïs chez l'homme commence généralement par un petit paragraphe dans un manuel d'histoire. En grandissant, nous apprenons des histoires hollywoodiennes élégantes et idéalistes. En conséquence, beaucoup d'entre nous pensent que le samouraï est soit une machine à tuer, soit un guerrier romantique comme le héros de Tom Cruise dans The Last Samurai. Démystifions les principaux mythes sur ces guerriers.

Pour devenir un samouraï, vous devez avoir une naissance noble. En fait, les samouraïs étaient des gens assez pauvres. Chaque guerrier appartenait à un propriétaire spécifique, menant un style de vie à peine meilleur qu'un paysan ordinaire. Peu de gens ont réussi à gagner de la richesse, mais même cela n'a pas privé le samouraï du devoir d'être un vassal de son maître. La plupart des soldats, en outre, afin de nourrir leur famille d'une manière ou d'une autre, travaillaient la terre avec les paysans. Le mot samouraï lui-même, traduit du japonais, signifie «une personne qui sert». Lorsque la guerre a commencé, presque tous les samouraïs étaient des membres de la base de l'armée et non de nobles chefs militaires à la tête.

Un samouraï pour le bien de son maître pouvait accepter la mort à tout moment. Ce mythe est confirmé par les images héroïques et romantiques du film "The Last Samurai". Et dans la vie, tout était beaucoup plus facile. La plupart des samouraïs, lors de fréquents conflits civils, changeaient constamment de maître. Si le seigneur féodal ne convenait pas avec quelque chose ou ne payait pas à temps, alors le guerrier changeait simplement de camp. En même temps, il ne ressentait aucun remords, et encore plus sans commettre de hara-kiri. Certes, l'ordre du propriétaire a été exécuté par le samouraï sans aucun doute. Même s'il s'agissait d'un ordre de se suicider ou de s'opposer à un ennemi supérieur. Cette dernière méthode, d'ailleurs, était souvent utilisée pour se débarrasser d'un militant répréhensible. Si les Japonais avaient négligé leur vie pendant des siècles, ils n'auraient pas pu construire une société de haute technologie. Après tout, quelqu'un qui n'apprécie pas sa vie ne peut pas avoir d'objectifs. Les samouraïs, comme tous les Japonais, appréciaient et aimaient leur vie. C'est juste que dans les conditions de guerres et de conflits sans fin, il peut sembler qu'une personne ne vaut rien. La plupart des guerriers avaient une vie courte, mais personne n'était pressé de s'en séparer sans une bonne raison. Nu pourrait devenir le désir du propriétaire, car la désobéissance signifiait une terrible honte. Le samouraï pouvait perdre la vie en commettant des crimes ou couvert de honte, en étant capturé, ce qui était considéré comme une trahison. Après tout, un guerrier a appris dès son enfance que l'honneur est préférable à la vie.

Parmi les armes, le samouraï n'avait qu'une épée. C'est loin d'être le cas, car se battre avec seulement une épée ne fonctionnera pas. C'est pourquoi de nombreux samouraïs, en plus de l'art de l'épée (kendo), maîtrisaient également les techniques de combat au corps à corps et de tir à l'arc, ainsi que la manipulation d'une lance. De plus, les samouraïs apprenaient à nager, à monter à cheval et à écrire habilement. Et vous ne devriez pas supposer que tous les combattants étaient parfaits avec leurs armes. En plus des vrais maîtres, il y avait les mêmes grandioses incompétents. Ils sont juste morts rapidement. L'épée était simplement la marque distinctive du samouraï. Cette arme était la principale, mais pas la seule. De plus, les samouraïs avaient deux épées - une longue, un katana, et une courte, wakizashi, parfois utilisée pour le suicide rituel.

Grâce au gouvernement japonais, les samouraïs en tant que classe ont été exterminés. Ce qui est montré dans le film "The Last Samurai" mentionné ci-dessus, l'oppression des samouraïs par les autorités n'est qu'une histoire plaintive, conçue pour impressionner le spectateur crédule. En fait, après l'unification du Japon, les guerres intestines ont pratiquement cessé. Les samouraïs, en tant que classe de guerriers, n'ont tout simplement pas trouvé d'emploi. Personne ne voulait plus les soutenir - il n'y en avait plus besoin. Par conséquent, les samouraïs ont fini par se recycler, s'engageant dans le commerce ou l'agriculture. Ce processus s'est déroulé progressivement et la civilisation occidentale n'y a pris aucune part.

Le samouraï diffère des gens ordinaires par une noblesse accrue. Comme tout autre guerrier, d'ailleurs, d'origine ordinaire, la mentalité du samouraï était tout à fait typique. Bien sûr, les guerriers possédaient un certain code d'honneur qui les accompagnait au combat. Mais les samouraïs se sont comportés de manière assez méprisante envers les quelques personnes qui étaient en dessous d'eux dans le statut social. Eux, ainsi que les ennemis, étaient considérés par les guerriers comme des animaux. Si l'honneur du propriétaire était respecté, alors le samouraï pourrait se permettre le vol, la violence et la trahison. C'était considéré comme un moyen d'humilier l'ennemi. La tradition des samouraïs, officiellement abolie en 1867, a été poursuivie par les soldats japonais qui ont envahi la Chine dans les années 1930. Leurs actions étaient pleines de cruauté et de cynisme, dépassant à bien des égards les nazis.

L'honneur et les principes étaient avant tout pour les samouraïs. Cette affirmation est largement vraie. Dans la vie ordinaire, les samouraïs adhéraient à leur code d'honneur, le bushido. Il a réglementé les règles de conduite d'un guerrier, donnant des instructions sur la façon de se suicider correctement. Il y a une histoire de 47 samouraïs ronin qui ont perdu leur maître. Il a insulté le fonctionnaire et a été exécuté. Pendant longtemps, les samouraïs préparaient leur vengeance, tuant finalement le délinquant. Ils ont été condamnés au suicide rituel et enterrés avec les honneurs.

Pour un samouraï, il n'y a rien de plus digne que de terminer sa vie avec l'aide du hara-kiri (exécuter le rite sepukka). Souvent, une telle façon de mourir est la seule digne si le samouraï a perdu son honneur ou est sur le point d'être capturé. Cette méthode de suicide a été utilisée même après l'abolition des samouraïs, pendant la Seconde Guerre mondiale. Cependant, la mort la plus honorable pour un samouraï était la mort au combat. Ceux qui sont tombés pendant la bataille étaient comptés parmi les guerriers divins. Les personnes qui ont participé à une attaque furieuse, quoique désespérée, ont été particulièrement appréciées. Les noms de ces samouraïs étaient affichés sur des tablettes spéciales dans les temples, les parents du défunt en étaient fiers. Harakiri a également une profonde implication psychologique. En effet, selon les croyances des Japonais, c'est dans l'estomac que se situe l'âme humaine. Un tel rituel lui permet d'être libérée. De plus, le hara-kiri est une procédure assez douloureuse. Elle a permis à ses ennemis de démontrer son courage et son mépris de la mort. Le sacrifice de soi rituel au Japon a également été pratiqué comme un signe de désaccord avec des actions injustes ou après une infraction subie. Après la capitulation du pays en 1945, une vague de hara-kiri l'a balayé.

Ronin est un samouraï qui est resté sans maître. Au Japon médiéval, la perte de leur maître par les samouraïs était courante. Cependant, il y a plus à ronin. Le mot est traduit par «homme-vague». Le propriétaire d'un tel samouraï pouvait rester tout à fait vivant et capable, mais, pour une raison quelconque, a décidé de libérer son guerrier de ses obligations. Par exemple, un guerrier qui a conçu la vengeance pouvait quitter son propriétaire à sa propre demande. Après tout, une telle action pourrait jeter une ombre sur le propriétaire lui-même. Devenu ronin, un samouraï n'avait pas à craindre que son ancien clan ne soit puni. Parfois, les guerriers devenaient ronin pour changer de métier, partir en voyage. Ronin devenait souvent des gardes du corps. En conséquence, même le fils d'un samouraï devenu ronin était considéré comme le même dès sa naissance.

Kamikaze de la Seconde Guerre mondiale - le même samouraï. Les motifs du kamikaze et des samouraïs étaient différents. Bien avant le XXe siècle, les guerriers du Japon se sont jetés sur un ennemi supérieur sans aucune chance de salut, avec le désir de mourir avec honneur au combat. Et le kamikaze cherchait à infliger les plus grands dégâts à l'ennemi, apportant ainsi des avantages au pays. Les kamikazes n'ont été préparés et utilisés que pendant la Seconde Guerre mondiale, et même alors, seulement lorsque l'avantage est passé du côté des Américains. Ainsi, lors de l'attaque de Pearl Harbor, le kamikaze n'a pas du tout été utilisé. Le recours aux kamikazes n’était pas justifié tant que le Japon menait la guerre avec succès. En conséquence, seuls des volontaires ont été utilisés pour des attaques spéciales, il n'y en avait que quelques milliers. De plus, le sacrifice de soi sur le champ de bataille était dans toutes les armées, quand un guerrier ne voit aucune issue, il cherche à mourir avec ses ennemis. Kamikaze, d'autre part, s'est délibérément préparé à une attaque suicidaire, ne cherchant pas un moyen de se maintenir en vie. On pense que «l'esprit de Yamato», qui est venu du temps des samouraïs, s'est manifesté précisément dans le jeune samouraï japonais. Après tout, leur désir de remporter la victoire, de préserver l'honneur, malgré la mort, était un peu similaire à celui des samouraïs.

Les traditions des samouraïs sont encore importantes au Japon aujourd'hui. Après la défaite de la Seconde Guerre mondiale, le Japon a commencé à connaître une grande influence de la culture occidentale, en particulier américaine. Une sorte de blocus, dans lequel le pays a été pendant des siècles, a été levé. Après tout, auparavant, il était interdit aux Japonais de quitter le pays et ils étaient extrêmement hostiles aux étrangers. Les traditions des samouraïs sont apparues dans le monde fermé d'une nation. Aujourd'hui, les jeunes japonaises plus que jamais dans leurs habitudes et leur style de vie sont similaires à leurs pairs d'autres pays. Peut-être que la préservation des traditions et des codes des samouraïs compliquerait considérablement l'intégration du Japon dans la communauté mondiale. Néanmoins, le pays honore son passé - il existe de nombreux monuments anciens, des manuscrits anciens et la mémoire des grands peuples du passé sont conservés. Et le système de gouvernement est assez démodé - l'empereur est toujours à la tête du pays. Les traditions passent de père en fils. Mais il ne vaut pas la peine d'espérer la renaissance des samouraïs, son temps est passé.


Voir la vidéo: Les Guerriers Ninja (Octobre 2021).